HAUTES-ALPES : Déneigement des grands cols du département.

jeu 16 mai 2019

Brume matinale, ce mercredi sur le sommet du col d’Izoard, où une équipe du service des routes du Département est à l’oeuvre pour finir les derniers mètres à déneiger afin de rendre l’ensemble de l’itinéraire mythique à la circulation.

Au niveau de la stèle, il reste à déneiger cette ligne droite qui a vu l’arrivée légendaire du Tour de France 2017. Quelques dizaines de mètres de chaussée avec une épaisseur de neige assez modérée. Le tout sera conclus en quelques heures seulement grâce à un chargeur et à un chasse neige.

‘‘A cette période de l’année, le meilleur allié du déneigeur, c’est le soleil et la température qu’il peut faire’’, note Marcel Cannat, vice-Président du Département en charge des routes et infrastructures. ‘‘Ça peut aller très vite si les conditions sont remplies. Et c’est le cas cette année pour l’Izoard.’’

Milieu de matinée dans le col du Galibier, la tendance n’est plus la même. Tempête de ciel bleu. Température positive, voire chaude. Cette fois, les conditions météo font prendre des risques. ‘‘C’est typique du col du Galibier. Il y a des couloirs d’avalanches et des pentes abruptes qui peuvent décharger à n’importe quel moment’’, explique encore Marcel Cannat.

Là, une fraise envoie une gerbe blanche de neige dans le ciel immaculé, afin d’envoyer le manteau qui recouvre la route en contrebas du talus. Devant elle, un ratrack prépare le terrain, nivelle, avance laborieusement dans les cumuls qui peuvent se monter à huit mètres.

Dans ces conditions, le Département a recours à un guide de haute montagne, qui veille au bon déroulement des opérations et aux mouvements du manteau neigeux sous l’effet du soleil. Les agents travaillent du lever du jour jusqu’en fin de matinée. Après, c’est trop risqué.

Cette année est très particulière pour le col d’Izoard. Certes il sera franchi par les coureurs du Tour de France le 25 juillet prochain, mais en plus de cela, il va ouvrir avec une quinzaine de jours d’avance par rapport à l’année 2018. Les équipes ont déneigé la partie sommitale ce matin. Restent quelques aménagements de sécurité à prévoir dans les jours à venir et le col pourra être donné à la circulation à une date qui sera communiquée prochainement.

Même tendance dans le Galibier, qui sera lui aussi franchi par le peloton le 25 juillet. Son ouverture pourrait avoir lieu le 24 mai prochain. L’an passé, il avait fallu attendre le 8 juin.
Le temps passe. Les années ne se ressemblent pas. Et les cols mythiques des Hautes-Alpes poursuivent l’écriture de leur légende.

L’info en plus :

L’hiver 2018-2019 a été relativement clément pour le service des routes du Département.
- Premiers épisodes neigeux les 9, 16 et 19 décembre avec 40 cm en cumul à Briançon
- Principal épisode de l’hiver du 31 janvier au 2 février avec 50 cm à Briançon ainsi que dans le Valgaudemar et 70 cm à Ceillac
- 5/10 cm le 10 février
- Mi-mars 25 cm dans le Valgaudemar et 5 cm à Briançon
Le mois de février a été exceptionnellement chaud, avec des records de températures battus le mercredi 27 avec 25,7°C à Rosans et 21,5°C à Embrun.
Le coût de la viabilité hivernale pour le Département se monte (estimation puisque le déneigement des Grands cols n’est pas terminé) à 4,35 millions d’euros (personnel, matériel, matériaux, prestataires), dont 330 000€ de matériaux de type sel et gravillons.